pastillemm  REMANENCE/Au fil du Mythe (titre provisoire)

         La thématique

Rémanence : Propriété d’une sensation,
notamment visuelle,
de persister après la disparition du stimulus. »

Nos idées, nos pensées, nos souvenirs, nos émotions flottent en permanence autour de nous et remplissent l’espace mouvant de nos vies. Présences ténues, absences denses, elles sont là où nous sommes, elles marchent avec nous et laissent leur empreinte diaphane dans les traces de nos pas. Pour ce projet nous voulons nous interroger sur l’idée de la Trace.

La mythologie, trace d’une civilisation
Faire dialoguer les différentes strates du temps. Replonger dans les mythes les plus anciens et les faire résonner dans nos perceptions contemporaines. S’interroger sur la trace laissée par les mythes, sur l’imaginaire individuel et collectif qu’ils ont nourrit depuis deux millénaires et sur la mémoire comme forgeuse de civilisation.

La trace de notre vie Psychique, le temps sculpté :
Faire se croiser les concepts de mouvement / trace laissée / signifiant. A partir de quand le mouvement prend-il sens ? Quand devient-il signifiant ? La trace répétée et accumulée devient route, direction, parcours repéré et reconnu. Il est le langage spatial de nos civilisation, une forme d’écriture : lire le paysage comme un parchemin…
Si chacun de nos mouvement et chacune de nos émotions laissait sa trace on verrait apparaitre le buisson touffu de notre « bulle vitale », Un homme de Vitruve au centre de sa sphère d’action.

 



              La Trame

Au fil du Mythe : les visages cachés de la femme.

L’idée est de travailler sur 3 figures féminines de la mythologie grecque :

Pandore : la première femme

Penelope : celle qui attend et qui se bat pour sa liberté

Eurydice : héroïne tragique face à la mort

Ces personnages sont plutôt des seconds rôles au sein de l’histoire d’un héros masculin. Nous voudrions justement proposer une relecture du mythe de leur point de vue, un point de vue souvent latérale mais d’autant plus intéressant car il rajoute de la profondeur et de la perspective au tableau.
C’est aussi une réhabilitation de l’image de la femme et une réécriture en clé contemporaine.
Nous avons choisi ces 3 personnages car elles incarnent en même temps trois moment de la vie et leur figures peuvent se confondre avec celles des Parques (le trio mythologique qui gère la destinée des hommes)  :

Penelope c’est la fileuse qui écrit la destinée

Pandore c’est celle qui déroule les épreuves, les maux mais aussi la vie sensuelle.

Eurydice c’est celle qui coupe le fil et qui accompagne vers la mort.

Mais nous n’oublierons pas les héros masculin pour autant et nous travaillerons sur l’impuissance et la chute des idoles :
Orphée grand artiste et magicien du réel qui échoue face à la mort.
Ulysse qui de retour en patrie se languit d’aventure et ne rêve que de repartir
Epiméthée et Prométhée héros  fondateurs de l’humanité dépassés par la vengeance de Dieux.
Nous avons envie de raconter ces trois mythes mais incarnées dans le monde d’aujourd’hui.

Nous bâtirons donc  le spectacle sur 3 nouvelles  (les mythes mais ajusté à notre époque) avec chacune un protagoniste dont on suit le récit horizontal (les 3 héroïnes). Dans ce récit viennent s’insérer de manière verticale des souvenirs, des visions, des digression poétiques qui interrogent le sens même de ce qui vit le personnage. Tout au long du spectacle ces récits s’entrecroisent jusqu’au finale où le lien entre ces trois histoires est dévoilé.

 

pastillemm  dossier

 > télécharger le dossier PDF